Engouement mérité sur la toile et les réseaux sociaux pour ce roman qui aborde justement le sujet de nos nouveaux modes de communication et les effets pervers qu'ils peuvent avoir.

 

 

couv-comme-des-images-620x987

 Comme des images, Clémentine Beauvais, Exprim' chez Sarbacane, février 2014

 Léopoldine, quinze ans, est en seconde à Henri IV, un lycée prestigieux, qui au prix d'une extrême exigence, promet à ses élèves un avenir ambitieux. Un matin, alors qu'elle arrive en cours, les regards sont braqués sur elle : une vidéo compromettante a circulé par mail. Commence alors une journée particulière pour l'adolescente et son entourage.

"Et l'autre, Léo, elle n'aurait pas pu me parler de tout ça, au lieu de le murmurer sur l'oreiller à des mecs qui s'en foutaient? On ne peut pas deviner si les gens ne se mettent  pas à dire les choses clairement ! On est pas télépathes. On est pas en communication directe les unes avec les autres. Il faut parler.

C'est infernal, ce silence."

  Comme des images... Sommes-nous que des images? Quelle image donnons-nous de nous-mêmes? Quelle valeur ont désormais les images dans un monde saturé d'informations où le contenu multimédia s'est démocratisé? Les images sont-elles éphémères? Autant de thèmes d'actualité qui ont inspiré l'auteure qui est partie d'un fait divers - le suicide d'un jeune homme suite à la diffusion d'une vidéo sur internet par ses camarades - pour nous conter l'histoire de Léopoldine. Le récit rend compte d'une seule journée en mêlant narration mais aussi ajout d'éléments hybrides : extraits de conversations par sms, facebook, devoirs d'école, etc. Avec une construction très bien ficelée, faite de flash-back, et une maîtrise du suspens assez remarquable, Clémentine Beauvais nous emporte avec elle dans ce roman qui se lit d'une traite.